Retrospective e-commerce 2013

Retrospective

A cette période, il est bon de faire un bilan de l’année écoulée avant de se tourner vers 2014.

Avec notre rythme quotidien, souvent un évènement chasse l’autre et il est facile de perdre la vision d’ensemble.

On se dit finalement cette année était un peu comme la précédente, pas de grand changement, le e-commerce continue de grossir et Noël sera encore l’occasion d’achats plus nombreux sur internet.

Pourtant en quelques mois, voici  un petit rappel des évènements derrière ce calme apparent :

E-commerce :

On peut déjà observer des changements majeurs chez plusieurs acteurs historiques du e-commerce :

– Telemarket, le site pionnier dans la vente à distance depuis 30 ans (téléphone, minitel puis internet) baisse définitivement le rideau. Systeme U, son dernier propriétaire a tenté un recentrage sur la région parisienne mais n’a pas trouvé le succès. Telemarket disparaît sans jamais avoir atteint la rentabilité…

La solution du Drive est finalement la formule retenue par les distributeurs pour contourner la difficulté de la livraison à domicile trop coûteuse en raison des poids et du volume des marchandises à transporter.

– Dixons a revendu Pixmania, l’un des acteurs historiques de l’internet français, à l’allemand Mutares après un échec et une perte de presque 40millions d’€ sur le dernier exercice et une baisse de plus de 25% du C.A.

– La famille Mulliez (Auchan) annonce le passage du contrôle au groupe Otto dans le contrôle du Groupe 3Suisses. Après une transition trop lente du modèle historique de la VPC vers l’internet , le retard pris est encore à l’origine de pertes financières même si les autres activités les marques d’habillement BlanchePorte, de linge de maison Becquet, et les activités de services associées (relation clients, préparation de commandes) génèrent du résultat.

– Chez Rue du commerce, le fondateur Gauthier Picquart prend du recul et passe la main au nouvel actionnaire Altarea Cogedim avec un repositionnement progressif de la marque vers un rôle de e-marchand mais aussi probablement de  marketplace.

– TF1 trouve un accord avec Printemps pour lui vendre ses participations au sein de Place des tendances.

– Il y a quelques jours le groupe M6 annonçait à son tour le démarrage d’une négociation exclusive avec Darty pour la vente du site MisterGoodDeal et Kering (ex-PPR) indiquait pour sa part la reprise de La Redoute par ses dirigeants en vue de poursuivre son recentrage sur le luxe.

– Pendant ce temps Amazon, Vente Privée ou Showroomprivé continuent, chacun avec leur modèle, leur forte croissance.

D’autres segments poursuivent leur montée en puissance avec dans l’automobile des acteurs tels que Aramis, Oscaro, Allopneus ou MisterAuto ou dans la chaussure Spartoo ou Sarenza.

Tous ces exemples illustrent parfaitement la mutation à l’oeuvre avec la montée en puissance des retailers au détriment des pure players, l’apparition de spécialistes tels dans l’automobile. Plus largement on voit que rien ni personne ne peut se dire à l’abri des impacts du e-commerce qui vient bouleverser les règles de fonctionnement du commerce traditionnel.

Chacun doit aujourd’hui dans son activité porter une attention toute particulière à l’évolution des  comportements de ses clients (particuliers ou professionnels) dans l’usage de l’internet pour s’informer et/ou acheter. Ce bilan illustre aussi parfaitement le challenge que represente le e-commerce aujourd’hui. Les entreprises ne peuvent ignorer ce nouveau canal mais elles doivent bien préparer leur stratégie marketing et opérationnelle (logistique, livraison et relation clients) pour réussir.

Ignorer cette réalité, c’est risquer de voir apparaître une concurrence capable de venir vous prendre des parts de marché et vous distancer.

Pour aller plus loin :

 

You might also like

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoire sont spécifiés *