« Ce vendredi matin, présentant les résultats de son groupe PPR, François-Henri Pinault a annoncé la cession du géant nordiste de la vente à distance La Redoute avant la fin de l’année. Une cession qui mettra un terme au désengagement de PPR dans sa filiale de distribution Redcats, débuté il y a plusieurs mois. »

Par conséquent, PPR doit envoyer aux repreneurs potentiels tous documents nécessaires d’ici le mois d’Avril pour la constitution de leur offre. Le secret est bien gardé, notamment sur le nombre d’acquéreurs potentiels, sur leur nationalité et leur secteur d’activité (industriels du textile ou encore investisseurs à l’instar de ceux qui vont acheter Vertbaudet et Cyrillus dans les semaines à venir).

« …Jean-Claude Blanquart, délégué central CFDTn’élude pas cette question de l’identité de l’acquéreur.  » Tout dépend si ce sera un fonds d’investisseur ou un industriel du textile, qui vient avec une activité complémentaire à la nôtre. Alors que si c’est un fonds d’investissement, qui veut de la rentabilité, cela va coûter cher en emplois. C’est cela le gros problème.  » Il l’admet.  » Tant que la boîte est à vendre, La Redoute ne fera pas de plan social. Mais rien ne dit que l’acquéreur n’en fera pas une fois que l’entreprise aura été rachetée !  »

« …Il craint par exemple de voir celui qui mettra la main sur La Redoute (ou sur ce qu’il reste à vendre de Redcats comme Daxon, Relais Colis…) chercher à faire progresser la rentabilité en se séparant de la logistique.  « Les pure-players d’Internet s’occupent de vendre sur leur site. A côté de cela, ils n’ont pas grand-chose. Tout le reste est sous-traité et c’est cela qui nous fait peur… »

La vente de la La Redoute n’est effectivement pas une surprise puisqu’elle était attendue, cependant sur le plan opérationnel, ce mouvement stratégique peut avoir une incidence sur la distribution des colis du e-commerce en France. En effet, le réseau de points relais « Relais Colis », appartenant à La Redoute, est un des quatre acteurs nationaux du marché des points relais (Kiala, Mondial Relay et Pick-Up du groupe La Poste).

La concurrence étant actuellement très vive sur ce segment de la distribution de colis, il est possible que la vente de La Redoute provoque, par un effet collatéral, un bouleversement du marché Français des points relais. Il sera donc intéressant d’observer attentivement l’identité du futur propriétaire de La Redoute pour anticiper l’orientation future de la structure « Relais Colis ».

Source: La Voix du Nord

 

En savoir plus