JL_Demeulenaere

En ce début d’année 2013, marqué par un contexte économique compliqué, il est intéressant de lire l’analyse de l’ex directeur général de Geodis Jean-Louis Demeulenaere. En effet, la contraction durable du volume de fret à transporter au niveau européen va continuer à peser très lourd dans le milieu de la logistique et du transport. Les rachats, les fusions ou malheureusement les disparitions d’entreprises illustrent ce contexte délicat depuis de nombreux mois déjà. Je retiens personnellement de son analyse, les points suivants:

– L’agilité et  la flexibilité attendues par les chargeurs deviennent des exigences essentielles que doivent satisfaire les prestataires.

– L’évolution des habitudes de consommation et l’exigence de services proposées par les e-commerçants requièrent de la part des prestataires une évolution en profondeur de leur processus de fonctionnement interne et de collaboration avec leurs clients chargeurs.

– Enfin, Mr Demeulenaere rappelle l’enjeu des années à venir autour du e-commerce B to B qui constitue la prochaine étape du e-commerce entre professionnels.

Personnellement, j’aborde régulièrement ces trois tendances dans ce blog et dans mes revues de presse : Réussissez votre e-logistique et e-commerce entreprise car elles constituent probablement les évolutions qui vont structurer le marché de la supply chain dans les années à venir.

Retrouvez ci-dessous un extrait de l’interview :

Dans un long entretien exclusif accordé à Supply Chain Magazine, Jean-Louis Demeulenaere analyse les effets de la crise notamment sur les prestataires logistiques. L’ancien directeur général délégué de Geodis estime que le ralentissement que nous connaissons va s’inscrire dans la durée et anticipe des changements importants dans le monde des 3PL. Voici un extrait de cet entretien à paraitre dans son intégralité dans le prochain numéro de Supply Chain magazine :
« Tout d’abord, je ne crois pas que le contexte économique soit incertain : le ralentissement de la croissance mondiale dans la durée, et l’entrée en récession de la zone Euro sont des certitudes. Après être tombée à 3,3%, en 2012 la croissance du PIB mondial ne devrait pas connaître de rebond significatif en 2013, et restera tirée par les pays émergents. La zone Euro, quant à elle, est entrée en récession (-0,4%) en 2012, et le restera en 2013… Le ralentissement corrélatif du taux de croissance du commerce mondial à 3% entraîne naturellement une contraction des volumes sur chacun des segments de la Supply Chain des chargeurs : le taux de croissance du trafic de containers maritimes est tombé à 5% (soit la moitié de son niveau d’avant crise 2008), ce qui représente, au-delà du ralentissement économique une baisse structurelle du ratio « Taux de croissance des volumes/Taux de croissance du PIB mondial » à un plus bas historique de 1,4, reflétant ainsi l’arrivée à maturité du phénomène de délocalisation industrielle sur l’Asie.

De son côté, le transport de fret aérien est en décroissance de 3 à 4%… Le marché de l’Overland en Europe subit lui-même un tassement significatif de ses volumes, avec en particulier l’effondrement de secteurs tels l’Automobile et la Sidérurgie. (…) Mais pour moi, le véritable challenge se situe plus sur l’évolution des prix de marché. Les grands intégrateurs DHL, UPS et FedEx annoncent des hausses de prix de l’ordre de 5% pour leurs activités Overland : reste à savoir si le marché saura les absorber.

En France plus spécifiquement, je crains que la pression sur les prix de vente de messagerie, d’express et de route, ne se fasse encore plus forte. De plus, si le principe de la refacturation de l’Ecotaxe aux chargeurs est acquis (reste à  définir des modalités de répercussion le plus simple possible), ceci ne devrait pas les inciter à montrer une souplesse débordante dans les négociations tarifaires. Le grand enjeu 2013, me paraît donc, pour les prestataires logistiques, la capacité à faire  passer des hausses de prix qui couvrent l’évolution naturelle des coûts. Et au-delà de la compétitivité et du prix, il convient d’anticiper une attente d’agilité et de flexibilité toujours  accrue dans le pilotage des Supply Chain. A cet égard, les nouvelles habitudes de consommation, les niveaux de fiabilité, qualité et niveau de service offerts aux clients par les e-commerçants ces dernières années ont généré de nouvelles attentes, à satisfaire par les logisticiens. D’ailleurs la probable montée en puissance dans les prochaines années de l’e-business B2B représentera à la fois un défi et une opportunité majeurs pour les prestataires logistiques ».

Newsletter Supply Chain du 23 Janvier 2013

En savoir plus