Pari fou : Réduire l’impact environnemental des livraisons urbaines ?

Dans son numéro d’Avril, l’officiel des transporteurs présente la démarche de Lyon, dans le cadre du projet européen Freilot,pour réduire l’impact des livraisons en ville.

Pas moins de sept entités privées et publiques pour mener sur un an 5 expérimentations : le bridage de la vitesse et de l’accélération, l’assistance à l’écoconduite, une gestion des priorités aux feux et des réservations par internet des emplacements de livraison.

On ne peut que saluer ces démarches qui visent à trouver des solutions pour améliorer les conditions de vie et de circulation en ville. Mais je ne peux m’empêcher de  remettre cette démarche , qui concerne moins de 20 véhicules, face à l’ampleur des bouchons dans Lyon !

Que d’efforts, d’énergie et de temps pour concevoir et coordonner un pareil test ! Je reste perplexe face à l’attitude des autorités multiples (ville, communauté urbaine, région etc..) pour mobiliser des centaines de millions pour des voies rapides, des parkings etc… et si frileuses pour mobiliser des budgets comparables pour repenser la livraison du fret en ville qui reste un enjeu majeur des années à venir. Pour s’en convaincre, Antoine Grumbach architecte-urbaniste rappelle dans le numéro de Mars de L’officiel « Depuis deux ans, plus de 50% de la population mondiale vit dans les villes » .

Il est à présent grand temps de se donner de vrais moyens pour relever ce défi qui concerne toutes les agglomérations de la planète et notamment Paris qui se classe toujours en tête des bouchons en Europe.

You might also like

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoire sont spécifiés *